Jardin Majorelle

Jardin MajorelleLe jardin Majorelle est un jardin botanique situé au cœur de la ville rouge, Marrakech, arborant quelque 300 espèces.

Son fondateur n’est autre que le peintre Jacques Majorelle qui s’est inspiré du style des jardins islamiques.

En 1937, l’artiste crée le bleu Majorelle, un bleu outremer / cobalt, un bleu intense et clair en même temps, dont il peint les murs de sa villa, puis tout le jardin pour en faire un tableau vivant qu’il ouvre au public en 1947.

Ce jardin est une authentique œuvre d’art composée de plantes exotiques et d’espèces rares rapportées de ses voyages dans le monde entier : cactus, yuccas, nénuphars, lotus, nymphéas, jasmins, bougainvillées, palmiers, cocotiers, bananiers, bambous, caroubiers, agaves et aloès, cyprès, etc. Tout ceci agrémenté de fontaines, bassins (avec poissons et tortues), jets d’eau, jarres en céramique, allées et pergolas.




En 1966, Monsieur Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé découvrent le jardin Majorelle laissé à l’abandon depuis le décès de Jacques Majorelle en 1962 ; ils l’achètent en 1980 et le restaurent.  Ils transforment même l’atelier du peintre en musée berbère (à visiter aussi).

Et la maison où ils vivaient est labellisée Maisons des Illustres.

Une vingtaine de jardiniers entretiennent ce magnifique jardin, pour le plus grand bonheur des quelque 600 000 visiteurs annuels.

Jardin Majorelle

C’est un havre de paix dans lequel vous entendrez même le chant des oiseaux, dont le bulbul, le merle noir, le moineau domestique, le rouge-gorge et la mésange charbonnière Parfois même, des fauvettes, bergeronnettes grises, bruants striolés, rouges queue noire et des gobemouches gris. Vous verrez les tortues et poissons (dont des carpes koï, carpes japonaises). Malheureusement, je voulais filmer les tortues, mais je suis tombée en panne de batterie. 🙁

Assez bavardé. Voici une vidéo faite à partir de photos de ce superbe site qu’il faut immanquablement visiter si vous allez à Marrakech.

Maintenant, une autre vidéo intégrant les photos prises sur la route pour aller au jardin.
On voit un peu de tout. Les trottoirs marocains assez typiques, sur lesquels il faut éviter de marcher avec des talons, et il faut toujours regarder où on marche si on ne veut pas tomber et se blesser.
Le boulevard Yaacoub El Mansour, un mec qui transporte ses poules, tout simplement. La prison locale de Marrakech et juste en face, une droguerie.




plan rue YSLOn a toujours du mal à se repérer, dans Marrakech, car il manque au moins la moitié des noms de rue, donc même avec un plan, ce n’est pas évident.

Pour revenir aux trottoirs, on ne sait donc jamais où on met les pieds, mais sinon, ils sont souvent très jolis (comme à Lisbonne, j’avais adoré). Il y a certaines formes de trottoirs avec des motifs ondulés qui me faisaient bizarre. J’avais l’impression d’être sur l’eau et j’avais peur de tomber. Mdr. Mais c’est très joli.
On peut voir la Direction Régionale de l’équipement et des transports – Marrakech – Tensift – Al Haouz. Radeema (société d’électricité avant-gardiste).
Sur la route, ils sont à « je ne sais combien » sur les mobylettes (parfois à 4 sur un scooter, c’est normal !) et des calèches doublent des taxis. C’est normal aussi. 😉
J’adore ! C’est le dépaysement total, je vous le dis !

Bref, enfin, arrivée rue Yves-Saint-Laurent qui est en travaux. Après, elle sera toute belle, à la hauteur de YSL et de Jacques Majorelle.