Virus Zika

Après l’épidémie récente du chicungunya, maladie infectieuse tropicale transmise par les moustiques, c’est le virus zika qui commence à sévir.
L’Europe n’est pas épargnée.

Moustique-tigre et virus ZikaDeux femmes catalanes, trois Britanniques et plusieurs autres Européens de Suisse auraient été infectés par le virus en Amérique du Sud. Le virus Zika est donc présent sur le sol européen.
Cela ne présage rien de bon pour l’été prochain en France où le moustique-tigre est déjà bien présent.

Commençons par établir les faits :
C’est dans la forêt de Zika, en Ouganda, que le Zikavirus a été découvert sur un singe. Ça ne date pas d’aujourd’hui, mais de 1947. Le premier cas humain avéré daterait de 1964 ou 1968.

On connaissait la dengue, la fièvre jaune, le paludisme (malaria), le chicungunya. Maintenant, un nouvel arbovirus est à surveiller : le virus Zika. Encore une maladie transmissible par les moustiques.

Le moustique-tigre (moustique du genre Aedes) se contamine en s’alimentant, donc en piquant, une personne infectée. Ce moustique devient infecté à son tour et transmet le virus au prochain humain qu’il pique. L’épidémie peut vite prendre de l’ampleur.

Rappels :

  • Seules les femelles moustiques sont porteuses du virus, les vilaines !
  • Une personne contaminée par le Zikavirus n’est pas contagieuse d’homme à homme.

Le virus de Zika ne serait pas dangereux pour l’homme, mais on a remarqué qu’il le serait chez les femmes enceintes.
La Colombie demande même aux couples colombiens d’éviter les grossesses dans les mois à venir. Oups !

De leur côté, les États-Unis demandent aux femmes enceintes d’éviter de se rendre en Colombie et quelques autres îles et pays touchés par l’épidémie de Zika.

Aujourd’hui, ce sont surtout les pays d’Amérique Latine qui sont touchés, notamment le Brésil (aïe ! ça va être chaud pour les Jeux Olympiques d’été à Rio – JO Rio 2016) et la Colombie. D’ailleurs, il se pourrait bien que les premiers cas au Brésil soient dus à la visite de personnes contaminées à la Coupe du monde de football de 2014Rio, Brésil).

Mais ce sont aussi le Porto Rico, le Salvador, le Guatemala, Haïti, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Suriname et le Venezuela qui sont touchés, et ce n’est pas fini.

Les îles Yap en Micronésie ont connu une épidémie de Zika en 2007.
On s’est aperçu que de nombreuses personnes auraient été infectées par le virus Zika entre 2013 et 2014 en Polynésie (notre belle île paradisiaque de Tahiti).

Moustiques-tigres en FranceLa Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et Saint-Martin seraient également touchés. Mon île de rêve Bali, en Indonésie, ne serait pas encore touchée. Mais affaire à suivre de près (même si je ne pense pas y aller cette année).

La métropole est épargnée pour l’instant, mais ces maladies ont l’art et la manière de se propager à vitesse « grand V », et nous avons des moustiques-tigres, vecteurs de la maladie, dans le Sud de la France, donc attention ! D’autant plus que ces moustiques ont la particularité d’être agressifs et de piquer toute la journée (pas seulement à l’aube et au crépuscule comme les autres moustiques).

Symptômes possibles de la maladie

  • éruption cutanée
  • œdèmes
  • fatigue, douleurs musculaires et articulaires
  • conjonctivite
  • maux de tête
  • fièvre (en règle générale, mais pas spécialement forte. C’est pourquoi je me demande pourquoi certains appellent cette maladie la « fièvre Zika » !)
  • troubles digestifs

Les symptômes n’apparaissent qu’entre 3 et 12 jours après la piqûre.

À savoir : la maladie est difficile à déceler et peut passer inaperçue, car parfois asymptomatique (= absence de symptômes). On ignore donc qu’on est infecté.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic se fait par analyse de sang et d’urine.

Il n’existe à l’heure actuelle ni traitement curatif spécifique, ni vaccin. On traite juste les symptômes.
L’aspirine est déconseillée, mais on conseille la prise d’antalgiques comme le paracétamol.

Prévention

  • se protéger des piqûres à tous moments (plus facile à dire qu’à faire !)
  • éviter de voyager dans les zones à risque
  • porter des vêtements couvrant tout le corps (dommage que ces moustiques ne sévissent pas dans les pays froids ; ce serait plus facile !)
  • utiliser des répulsifs et moustiquaires
  • éviter les eaux stagnantes
  • huiles essentielles (comme la citronnelle, l’eucalyptus, le lavandin, par exemple, mais les femmes enceintes devront faire attention avec les huiles essentielles)

Complications possibles

Des complications possibles ont été constatées chez les femmes enceintes : des anomalies congénitales et des anomalies du développement cérébral de fœtus (des microcéphalies), et chez les nouveaux-nés de mères enceintes pendant une période endémique.

Des complications neurologiques de type syndrome de Guillain-Barré ont été constatées également.

Évidemment, les autorités sanitaires sont sur le pont.

Heureusement que le Zikavirus ne sévissait pas à Mayotte quand j’y suis allée l’année dernière, car je me suis fait littéralement bouffer par les moustiques. Je mettais de l’aloe vera sur mes boutons pour éviter de me gratter (je pense que l’aloe vera peut aussi éviter les infections).

J’avais peur du paludisme, d’autant plus que j’avais refusé de prendre un traitement préventif (trop lourd) contre le paludisme. Tout s’est bien passé, même si j’avais des dizaines de piqûres partout !
Ces méchants insectes adoraient me piquer quand je me prélassais dans le hamac. Bouh !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *